Caravane La bohème, un art de vivre

Caravane La Bohème, caravane pliante Europli 370 des années 70

Ma caravane La Bohème pliante.

Je n’arrive plus à me souvenir quand elle est entrée dans nos vies car j’ai l’impression de l’avoir toujours connue.
Elle a défié le temps, les routes de provinces, les villages portugais, les pluies, les canicules et les tempêtes, bravement.
Elle a bien mérité de finir ses vieux jours dans un chaleureux sous-sol où elle sert maintenant d’armoire géante, témoin d’un passé vintage.
Certes à certaines périodes de ma jeunesse insouciante  je lui ai fait faux bond, préférant l’intimité d’une canadienne (la tente, pas l’habitante du Canada).
Mais je lui appartiens corps et âme , à moins que ce ne soit le contraire.

Je me souviens, des longues heures de route où pour passer le temps nous jouions au juke-box avec frangin. Nous beuglions du Moustaki ,du Brassens et du Gold. Parfois, nous jouions à cache-cache avec mon trop joli Bob Ricard.
Le soulagement pour mes parents quand la voiture s’arrêtait enfin, haletante et fumante.

Venait ensuite le temps des manœuvres, non pas sur un terrain militaire mais sur un terrain de camping. Notre mission à frangin et à moi : vérifier l’état de propreté des toilettes et des douches. En réalité on traînait plutôt du côté du parc de jeux et je ne manquais pas de jeter un œil près du terrain de basket, un véritable nid à beaux gosses.

Quand papa avait trouvé la place idéale : bonne orientation, bonne stabilité, jolie vue, voisinage sympathique, alors venait le temps du dépliage de la caravane et de la mise en place de l’auvent. Et là croyez moi, pas question de causer trop fort ou de demander quelque chose, il était pas commode papa Kikitch dans ces moments là.

Pour finir, il fallait vider les coffres de notre caravane et remplir les armoires. Parfois, je retrouvais mon Pastador, un vieux Pif Gadget ou un  jeu de carte tout corné.

Enfin à nous la liberté, l’espace, les rideaux à fleurs et la drague au bac à vaisselle.

La minute intello :

Ma caravane La Bohème s’appelle Europli 370.  Elle date de 1978. Elle se montait très rapidement (en moins de 10 minutes d’après les publicités de l’époque (ce qui a été confirmé par papa Kikitch). Par contre pour l’auvent, c’était une autre affaire. Elle est indiquée 3 places mais il y avait un hamac amovible au dessus de la couchette une place. Fallait bien une place pour frangin.

 

2 réflexions sur “ Caravane La bohème, un art de vivre ”

  • 16 mai 2019 à 10 h 24 min
    Permalink

    Bonjour, votre page et vos commentaires me touchent beaucoup… en effet mon père et ses frères ont créé La Bohême (en hommage à la chanson de leur ami Aznavour) .. j’ai grandi avec et je suis nostalgique… Plus aucune caravane dans la famille mais je rêve d’en retrouver une .. Pliante ou pas, beaucoup d’âme dans cette ligne de caravanes.
    Merci encore à vous !!
    Anouch Tomassian

    Réponse
    • 16 mai 2019 à 19 h 16 min
      Permalink

      Je suis ravie de trouver quelqu’un qui partage mon amour et la nostalgie de la caravane la Bohème.
      Bonne soirée à vous

      Réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *