Poupée Bella, quand Cathie retrouve son Jerry

Poupée Cathie et Jerry Bella

Enfant, j’ai eu une poupée Bella, une grande, une belle. Je lui tirais les cheveux et une mèche s’allongeait, permettant la réalisation de coiffures variées. Ensuite, en appuyant sur un bouton ventral, la mèche reprenait sa place, comme par magie. Plus simple qu’avec frangin. Sa coupe au bol permettait peu de fantaisie capillaire, et en plus il couinait à chaque fois que je tentais de lui allonger la mèche.

Lire la suite

Pub Gerflor et hop, souvenir vintage

Pub Gerflor, moment culte des années 80 :

A quoi reconnait-on une pub efficace ?

Quand le slogan traverse les époques et les générations, c’est plutôt bon signe.

Quand en plus le budget était restreint alors on frise le génie.

C’est le pari réussi de la pub Gerflor, en 1986, l’agence TBWA réalise ce coup de maitre :

Un homme, nu, le sexe caché par une dalle de linoléum gerflor qu’il tient entre ses mains.

Pas de décor, juste cet homme, grand, maigre, au physique qui ne s’oublie pas.

D’autres pubs cultes des Eighties :

Demain, j’enlève le haut

Monsieur Plus de Bahlsen

SNCF carte Kiwi

Mini Mir

Punky Brewster, série culte des années 80

Punky Brewster Série des années 80

L’autre jour, alors que je papotais tranquillement avec une collègue, à distance raisonnable et dotée d’un joli masque pelucheux bleu, une petite gamine est passée à coté nous.

« Oh, on dirait Punky Brewster », me dit ma voisine de bureau.

Il faut dire qu’elle a presque mon âge ma voisine. On a vu les mêmes séries à la télé. On a entendu les mêmes musiques à la radio et porté des fuseaux et des foulards rose fluo. Enfin surtout elle.

C’est ainsi que nous avons échangé sur nos souvenirs devant la cafetière, presque la larme à l’œil. Enfin surtout elle.

Lire la suite

Travailleuse en rotin vintage

Travailleuse en rotin tripode

Mémé Alfreda a toujours eu deux mains gauches. Tous les dimanches, je l’entendais faire tomber sa casserole accrochée dans sa descente d’escalier (et pourquoi pas ? Mémé Alfreda était libre, imparfaite, toujours heureuse de me voir le dimanche et ses placards de cuisine étaient bien remplis).

Elle n’a jamais eu de travailleuse en rotin. Ou alors bien cachée. Les chaussettes à repriser lui disent merci.
Mais sa copine Maria si.

Lire la suite

La cabine téléphonique des années 80, non mais allo quoi

Cabine téléphonique


Entre la cabine téléphonique et moi , c’est une grande histoire d’amour pleine de souvenirs doux et d’anecdotes cocasses.

A l’âge des premières amitiés, des amourettes naissantes, des amours envahissants et des parents relous on peut dire que nous les enfants des Eighties nous étions des super héros du quotidien. Téléphoner était un acte murement réfléchi, planifié, anticipé. Un acte de courage et de patience.

Lire la suite

Savon des années 80, Zest, Cleopatra et tutti quanti


Savon des années 80 :

Savon des Eighties

Dans ma prime jeunesse, on ne se lavait pas encore avec du gel douche. On utilisait le savon. A l’époque, il y avait du choix, des rayons entiers dans nos supermarchés Codec ou Mammouth. Le savon des années 80 était ludique, parfumé, même si les parfums restaient somme toute assez classiques.

Aujourd’hui, je ne vais pas vous parler de tous ces savons, mais seulement de ceux qui m’ont vraiment marquée. Vous pardonnerez ma liste non exhaustive, mais je vieillis, ma mémoire me joue parfois des tours.

Lire la suite

Poupée chiffon Holly Hobbie Knickerbocker Clodrey

Poupée de chiffon knickerbocker Clodrey Amy
La mienne c’est la grande.

J’ai reçu cette magnifique poupée de chiffon Holly Hobbie de la marque knickerbocker, commercialisée par Clodrey CEJI lorsque j’étais enfant. Je ne sais plus qui me l’a offerte, mais elle a fièrement trôné sur mon lit pendant de longues années et si j’avais écrit le scénario d’un téléfilm romantique, elle en aurait été l’héroïne. Genre Marianne Dashwood de Jane Austen, mais bon j’avais pas encore lu le livre. A l’époque j’étais plus branchée Fantômette.

Cette poupée chiffon est une Holly Hobbie, à ne pas confondre avec Sarah Kay. J’étais fan des deux, de leur douceur et des magnifiques tenues de leurs personnages, des paysages bucoliques, de leurs petits chatons tout mignons.
Je collectionnais même les autocollants, les boîtes métalliques, les livres. Une vraie fan quoi.

Lire la suite