Mon premier baladeur/ my first walkman

C’est dans une maison bleue, adossée à la colline, euh bon en vrai (car j’aime la transparence) c’est dans une maison bleue butagaz adossée à un bassin minier que l’on m’a offert mon premier walkman.

Dans le temps vintage, c’était un cadeau rare et cher.

Mon parrain l’avait reçu en cadeau par la marque en geste commercial  suite à un litige (eh oui ça aussi mes jeunes lecteurs, c’était une pratique vintage).

Je m’en souviens encore , alors que bizarrement, j’oublie régulièrement de rappeler ma mère (une histoire de mémoires différentes me dirait un neuropsy). Il était blanc, marron,autoreverse (the luxe) .

Vissé sur mes oreilles il m’a fait découvrir Téléphone (les Insus pour les jeunots), Police et plus tard Indochine.

Puis je l’ai oublié dans un coin de ma chambre. A cette époque, je n’avais pas conscience de concepts abstraits comme la loyauté, la confiance et la fidélité.

Et curieusement, mon walkman est revenu du royaume des antiquités (enfin si ce n’est lui c’est donc son frère) puisque grâce aux gardiens de la galaxie, Minikitch number one a retrouvé celui de son père qui devait sans doute mieux maîtriser les concepts abstraits sus-cités.

Elle s’en est emparé pour le visser sur ses oreilles.
Hélas, pour l’instant nous n’avons retrouvé que 3 K7. Et sur les vides greniers, on n’a déniché que du Verchuren (enjoy lecteur octogénaire) ou pire, du Sardou.

Jusqu’à ce week-end où j’ai retrouvé sur un stand une K7 des génériques des dessins animés de mon enfance.

Elle m’a ri au nez, mais Céki ki va lui piquer le dit objet? Céki ki va hurler dans la maison qu’au pays de Candy, comme dans tous les pays, on s’amuse on pleure on rit, il y a des méchants et des gentils?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *