rehab no no no

J’aime flâner dans les allées des vide-greniers.
J’aime le soleil qui se pose sans délicatesse sur mon front.

J’aime humer la poussière et l’odeur du vieux livre.

Mon oeil vif et acéré repère les bacs à trésors, aussi vite que les tablettes de chocolat dans le placard des parents, les vieilleries et le plastique orange.

J’ai un radar à vintage, j’ai aussi un radar à cons mais ceci est une autre histoire.

Et quand je trouve, j’ai une montée d’adrénaline, d’endorphine et d’ocytocine (si c’est un kiki), et tout ça sans transpirer comme après un jogging, n’est-ce pas  Yokitch ?

Ce matin j’ai eu ma seconde waouh.


Trouver THE truc, c’est juste le sommet de l’iceberg. Après je lave (j’adore plonger mes mains dans l’eau savonneuse, ce qui est fichtrement bizarre car je déteste réellement faire la vaisselle, voilà que ça m’interroge mais refermons là la parenthèse sinon tu vas perdre le fil lecteur), j’aime chercher the place to be pour mettre en valeur ma découverte et surtout j’aime fouiner, sonder, enquêter dans les bas fond de ma tablette pour retracer l’histoire de ma découverte.

Et lorsque je résous le mystère de ses origines, le cocktail hormonal (dont je parle plus haut) se remet en route et j’atteins la paix intérieure et le sentiment du devoir accompli.

Euh, je ne sais pas si ça ne craint pas un peu cet article.
Arghh, je suis une vintage addict !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *