Machine à écrire vintage Lilliput des années 70

Comment je suis devenue blogueuse :

 

Machine à écrire vintage Lilliput

 

Enfant, j’ai eu un cadeau qui m’a transporté de joie.

Une superbe machine à écrire Lilliput jaune et marron.

Et comble de joie, maman Kitch l’a retrouvée au fin fond du grenier familial.

Elle me l’a tendue d’un air triomphant, un petit filament de toile d’araignée dans sa chevelure argentée.

Réminiscence :

Souvenirs, souvenirs.

Il fallait glisser une feuille blanche et surtout l’insérer bien droite sinon après ça nous faisait écrire de travers. J’ai mis du temps à y arriver. J’ai dit tout un tas de gros mots que cette machine à écrire vintage ne répétera pas. Avec l’âge, elle est devenue sourde.

Lire la suite

Pub culte Gâteau Delifrance : C’est moi qui l’ai fait

Valérie Lemercier pub Delifrance 1989
Capture d’écran dailymotion

Delifrance : Le paradis noir

Dans la série des pubs cultes de mon enfance, je vous présente celle des gâteaux Delifrance.

Une jeune femme de bonne famille reçoit des invités qui s’extasient devant le dessert, un fabuleux  « paradis noir » composé d’une superposition de génoises, de chocolat et de glaçage fondant.

https://www.youtube.com/watch?v=l5EJ37tm7N0

La pub est sortie en 1989.

Et dans tous les foyers, à tous les repas de famille, y avait toujours quelqu’un pour dire

« c’est moi qui l’ai fait ».

Et croyez moi, ça nous faisait marrer à l’époque. Enfin ça c’est si vous aviez une télé.

Et je ne résiste pas au plaisir d’inclure le lien de la parodie des nuls.

c’est moi qui l’ai fait

Goldorak, le robot de l’espace

Goldorak, robot des temps nouveaux :

Goldorak le robot de l’espace jaquette de DVD

Quasiment tous les jours, lorsque je mangeais mon choco BN devant le petit écran, Maman Kitch passait en soupirant. Maman Kitch détestait les dessins animés japonais qu’elle trouvait débiles et violents. Mais j’étais une graine de rebelle et j’ignorais crânement ses soupirs pour ne pas perdre une miette de mon émission Récré A2.

Lire la suite

Eau Jeune, parfum d’adolescence

Eau Jeune logo

Dans les années 80, mes aisselles sentaient bon le déodorant Impulse mais mon premier parfum, bien avant Anaïs Anaïs de Cacharel, s’appelait Eau Jeune.

La collection Eau Jeune a été créée par L’oréal en 1977.

On l’achetait en supermarché à Codec ou à Mammouth.

Il avait le mérite de sentir bon et de ne pas être onéreux.

Sa cible assumée, la jeune ado. Tout moi quoi, jeune, jolie et fauchée.

Un flacon tout en rondeur. Un gros bouchon facile à manipuler. Des noms simples et évocateurs.

Lire la suite

Animaux Educalux

Aujourd’hui je vous présente mes animaux Educalux.

Dans ma ferme, il y a

Des vaches :

Animaux Educalux vache noire et vache rouge

 

 

Un cheval :

Animaux Educalux cheval orange

Un cochon :

Animaux Educalux cochon rose

J’aime beaucoup  cette marque de jouets vintage.

Ainsi, en faisant des recherches pour écrire la rubrique « la minute intello », j’ai trouvé un site qui reprend l’historique. Alors plutôt que de recopier, je vous file le lien.

Allez-y c’est intéressant.

Redécouvrir les jouets Educalux

D’ailleurs, Educalux est renée récemment. J’avoue qu’au début j’avais écrit « a renaqui » mais j’ai vérifié sur mon dictionnaire de la conjugaison. Il faut écrire « est renée ». Bizarre.

Je suis renée, tu es rené, il est rené, nous sommes renés, vous êtes renés, ils sont renés. Moi je suis Charly, pas Renée.

Enfin après cette leçon de français fort utile (un jour vous me remercierez) voici un autre lien

 

Le grand bleu fête ses 30 ans.

 le grand bleu affiche de Luc Besson

Le grand bleu :

En ce moment à la télé, dans les journaux, on parle beaucoup du grand bleu, ce film de Luc Besson qui a marqué toute une génération. La mienne.

Ce long métrage  est sorti le 11 mai 1988. 30 ans déjà. Le temps passe si vite.

C’était différent de tout ce qu’on avait pu voir jusqu’alors sur la toile (« par où t’es rentré on t’a pas vu sortir », « les sous- doués en vacances »…). Non, je rigole, les années 80 sont riches en films cultes.

Mais c’est surtout, l’émotion ressentie à la sortie du ciné de bord de mer l’été 1988 qui me revient.

J’étais allée seule dans une petite salle obscure à peine confortable. Tous mes amis avaient déjà vu le grand bleu. C’était en août. Il faisait chaud. Et en sortant je n’avais personne avec qui partager ce trop plein d’émotion (c’est dans ces moments là que j’aurais apprécié mon smartphone mes amis).

Lire la suite